Ce cabinet d'avocats à Paris est spécialisé dans la défense des victimes de violences conjugales physiques et psychologiques.


Groupe de paroles de femmes
victimes de violences conjugales :
la sortie du silence et l’entraide



Le cabinet BT et Associés vous informe...

Régulièrement le Cabinet BT organise en présence d’un thérapeute spécialisé en victimologie, un groupe de paroles afin de mettre en présence une dizaine de victimes de violences conjugales, psychologiques, physiques et/ou sexuelles, afin, que ces dernières puissent:

1/ Avoir chacune le sentiment de ne pas être seule, isolée, et ne pas se sentir coupable de la situation vécue,

2/ Créer une chaîne de solidarité et d’entraide entre elles.

Ce mercredi 11 mars 2015, le groupe de paroles organisé en présence de Marie-Laurence Parinet, psychanalyste et psychothérapeute a permis une fois de plus des échanges à la fois très émouvants et très riches.

Chacune des femmes victimes de violences, présentes ce jour là, a pu témoigner de son histoire, de la nature des procédures engagées, des parcours judiciaires et de leur ressentis.

Nos clientes les plus anciennes qui ont traversées ces épreuves, ont pu rassurer celles qui venaient juste de frapper à la porte du cabinet, encore terrifiées par leur conjoint ou leur concubin souvent le père de leurs enfants.

La conclusion de ce débat :

« Oui, on s’en sort, mais il faut être courageuse car après les violences pendant la vie de couple, leur volonté est de nous détruire psychologiquement et financièrement à travers les procédures. »

Encore une fois ces groupes de paroles constituent un des outils de la reconstruction de ces femmes qui leur permettent de parler de leur souffrance et celles de leurs enfants.
Ci-après les témoignages de certaines d’entre elles qui paraissent particulièrement illustrants :


Témoignages

« Un grand merci pour ce moment avec vous toutes. C’était la première fois pour moi que je participais à un groupe de paroles, et j’ai compris que je suis loin d’être seule dans mon cas, que cela touche des femmes de tout âge et toute catégorie sociale. Il est grand temps que les choses changent pour nous et que nous puissions être réellement considérées comme victimes car en effet, il ne faut pas avoir peur de le dire, c’est ce que nous somme.
En vous regardant toutes et en vous écoutant j’ai compris que nous menons un combat qui est à chaque fois très long et difficile, mais qu’il nous faut garder la tête haute car grâce à Maîtres TOMASINI et BONAGGIUNTA nous arriverons à nous sortir de là, encore plus fortes que nous le sommes déjà. »
Audrey

« Un moment bouleversant mais encourageant ! Comprendre que je n’étais pas la seule à avoir vécu cet enfer après tant d’années de silence de repli ! Être sidérée d’entendre les mots, les mêmes souffrances, les mêmes sensations… au point de se demander si nous n’avons pas toutes vécu avec le même homme ?!
Un moment essentiel dans ma reconstruction. Merci de me l’avoir offert et merci pour votre aide, votre engagement à vous quatre ! Si précieux dans cette société qui remet en doute notre parole alors que nous avons déjà tant de difficultés à parler. »
Lydie

« Je tiens tout d’abord à vous préciser que c’était ma première participation à un groupe. J’ai mis plus de deux ans à me sentir prête, la reconstruction est longue.
Je suis ressortie de ce meeting très émue. Nos vécus sont différents et en même temps très semblables. Il est important de pouvoir échanger, ceci nous permet de nous sentir moins seule, de déculpabiliser, de relativiser.
Globalement, la justice est loin d’être au point sur ce sujet : longueur des procédures, décision de justices rendues à l’antipode des réalités, dissociation complète du droit pénal et du droit civil… Nous sommes dans un cadre d’incompréhension qui paraît hallucinant au 21ème siècle. C’est un sujet qui reste tabou. »
Patricia

« Un très bel échange très riche en rencontres et IMMEDIAT alors que l’on ne se connaissait pas, et d’où l’on ressort GRANDI ! Je suis en fauteuil médicalisé pour avoir "subi" et que, plus nos groupes de paroles seront proches (pourquoi pas une fois par trimestre), plus nous resserreront davantage les liens pour être encore plus "proches" de nos avocates mais de nous toutes "victimes", car nous sommes des victimes…. Et plus nous en parlerons médiatiquement, plus les choses "bougeront" car "ça dérange", soyons plus FORTES qu’eux. Bon courage à vous toutes du groupe de paroles du 11 mars…. »
Anne-Laurence

« Ce groupe de paroles m’a permis de me rendre compte que je n’étais pas la seule dans mon combat que chaque victime ressentait les mêmes souffrances mais que trop souvent nous ne disons rien par peur de nos bourreaux !
C’est un combat long et difficile mais il faut y croire, il faut se battre contre ces monstres pour que les générations futures n’aient pas peur de parler !
Un grand merci au cabinet BT qui m’a soutenu, écouté et réconforté pendant ce long combat ! »
Denise

« Les témoignages de la soirée du 11 mars ont été poignants et prouvent que la violence psychologique est destructrice.
J’ai été étonnée de constater que toutes les femmes présentes le soir du 11 mars, partageaient une histoire en de nombreux points similaires. Les hommes qui ont partagé nos vies, et qui nous ont volé la presque totalité de nos libertés, ont un profil effrayant et pourtant reconnaissable dans le schéma de torture psychologique et physique qu’ils adoptent.
Je me suis sentie alors moins seule dans mes épreuves. Cela me réconforte de voir que nous sommes nombreuses à sortir du silence, à défendre la liberté de nos enfants, mais aussi notre cause. Néanmoins, je suis effrayée à l’idée que les bourreaux des femmes présentes ce soir là les torturent encore après tant d’années. Le chemin sera long.
Je fais enfin le triste constat qu’il est compliqué d’être entendue et écoutée par les autorités et par les magistrats.
Je suis ravie que le Docteur Marie-Laurence PARINET ait pu participer à ce débat. Elle m’est d’une aide précieuse, presque vitale.
Je vous remercie de m’avoir invitée à participer à ce débat. »
Emilie

La publication du mois
Couverture du livre Acquittée d'Alexandra Lange
Alexandra Lange, coécrit avec ses avocates Nathalie Tomasini et Janine Bonaggiunta :
Acquittée - je l’ai tué pour ne pas mourir.
Éditions Michel Lafon

Le récit poignant d’Alexandra Lange. Elle y dévoile son calvaire de douze ans auprès d’un homme, son époux, qui la violentait et l’humiliait sans relâche, maltraitant également leurs enfants.
Alexandra explique le geste de défense qui mit fin aux jours de son bourreau.
Mais son livre est aussi un appel au secours qui concerne toutes les femmes battues. Afin que leur cris, étouffés soient enfin entendus.

Se procurer ce livre >>>



Un acte de justice et de douceur a souvent plus de pouvoir sur le coeur des hommes que la violence et la barbarie.
Suivez-nous sur : Profil Facebook du cabinet BTProfil Google+1 du cabinet BTProfil Twitter du cabinet BT

Tel : 01 45 48 46 41 - 91 rue de Courcelles 75017 PARIS - Fax : 01 71 19 99 38
© Bonaggiunta-Tomasini

www.avocats-violence-conjugale.fr